Histoire d’Amadis d’Orbigny, printemps, suite

Le soleil décline
Bascule derrière
L’horizon.
L’air bleuté
Est caressé de
Nappes de brumes
De vapeurs
Dans la fraîcheur
Du soir.
Les arbres fruitiers
Sont recouverts
De fleurs neigeuses
Elles poudroient et
Enguirlandent l’horizon
D’une couronne virginale.
Le crépuscule, patient,
Attend la nuit,
Etend ses ombres brunes
Eteint les dernières lueurs
Du doux soleil.
Elles crépitent encore un peu
A la surface
Des lacs indolents.
Le soleil brique le sol
De ses pas
Soulève des étincelles
Des poussières célestes
Tandis que la nuit
Coule, le recouvre
Puis l’étreint.

Publicités

~ par landryjutier sur juillet 30, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :