Histoire d’Amadis d’Orbigny – hiver, suite

Une petite tempête de neige
Tournoie
Le froid coupant distille
Une odeur de bois mouillé
De mousse desséchée
De métal argenté,
Et délave le ciel.
Les flocons tournoient puis
Se posent entre les brins
D’herbe,
Tels de pâles lucioles.
Le vent s’apaise enfin,
Tout est calme et immobile
Lourd et cependant fragile.
Instant
Cristallin et pur,
Les branches fines des bouleaux
Se brisent, telles des baguettes de verre.
Leur tintement résonne
Aigu et clair,
Avant d’être absorbé
Par la couche sourde de la neige
Par l’air calme et immobile
Lourd et cependant fragile.

______________________________________

Les chemins frêles
Se fraient un passage
Vers les horizons brumeux
Fumés, poudreux,
Lacérés de temps en temps
Par les branches des arbres nus.

Publicités

~ par landryjutier sur mai 21, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :