Histoire d’Amadis – début de l’hiver

CHAPITRE II : HIVER

Frêle nef à la coque renversée
Battue par les vents
Au creux de la nature elle se love
S’accroche à la plaine.
Hâvre doux et tiède
Caressant et évanescent.
C’est ici que nous nous retrouvons
Dans cette anfractuosité
Où nous mêlons nos intimités
Où se délectent nos corps
Où s’écoulent nos fluides, nos onctuosités.

—————————

Parcourir ces belles vallées
Ces mamelons hérissés d’herbes folles,
A la recherche de pierres, de minéralité.
Il y a très longtemps,
On se battait pour conquérir
Une parcelle de cette terre.
Elle valait de l’or et les hommes
S’étendaient sur elle, la couvraient
De bienfaits,
Semaient des tours,
Des châteaux,
Inscrivaient leurs noms,
Voulaient y reposer.
On n’entend plus guère les mugissements
Des mourants,
Les cris des vainqueurs
Les dévotions,
Les désirs d’expiation.
Tout dort, dans la quiétude de l’air
Ceint d’atomes luminescents,
Dans les brouillards enveloppants,
Dans l’or du soleil.
Terre dont le cœur palpite encore,
Mais que plus personne n’entend.

Publicités

~ par landryjutier sur mai 10, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :