L’étrange voyage de Lord Kingsby – Vase communicant

Pour le premier vase communicant sur ce blog, j’accueille Notes&parses, et je vous invite à voir le sien, où j’ai déposé quelques poèmes.

————————

Dans un bar du bout du monde, là où les éléments fusionnent ; où l’eau et la terre sont frère de sang, nous avons rencontré un curieux marin. Entre deux verre d’un alcool local, il nous a raconté des histoires pour le moins étranges. Nous ne savons rien de la véracité des faits cités, et vu l’état de notre interlocuteur, il n’est pas sûr que lui non plus n’en sache plus que nous à ce sujet. Toutefois, au bénéfice du doute, nous avons choisi de vous conter.

L’étrange voyage de Lord Kingsby

En l’an 723 de la civilisation de l’île de Matu Vanua dans l’Océan d’Ô. sur l’équateur sud, il m’est arrivé une étrange aventure. J’avais mouillé dans le petit port de l’île en attendant des vents favorables à la traversée du Grand Océan aux turbulences dangereuses. J’étais assis près de la cabane que m’avaient prêté les autochtones à attendre des vents meilleurs  lorsqu’un des indigènes qui semblait être le sage ou quelque chose du genre vint me voir. Il avait sous le bras un rouleau de toile qu’il déplia lentement sur le sable. Il me montra deux rochers, deux pains de sucre comme en ont d’autres contrées, il fit des grands signes, me montra le soleil puis l’océan, puis dit quelque que chose que bien sûr je ne compris pas. Quand il eut fini, je lui fis un sourire et lui tapa sur l’épaule pour le remercier de ses énigmatiques conseils. Le lendemain, les vents avaient pris une meilleure tournure. Je pris donc congé de mes hôtes, mis mon bateau en ordre. Ainsi que me l’avait indiqué le vieux sage et comme le soleil passait à leur sommet, je me dirigeais vers les pains de sucre. J’avais déjà parcouru plusieurs centaines de mètres lorsque j’entendis une clameur venant du rivage. Les indigènes faisaient de grands signes qu’à ma grande erreur je pris pour des signes d’adieu. Je compris plus tard qu’il s’agissait là d’un avertissement alors que je m’engageais sur la mauvaise voie. C’est donc insouciant que je m’élançais vers le large et le soleil couchant.

La nuit ne tarda pas à tomber et les étoiles à briller de leur feu. Ce ciel étoilé qui me servait de couverture était pour le moins bizarre. Je fus pris d’angoisse en m’apercevant que ce ciel ne correspondait à aucune disposition d’étoiles que je connaissais. Les constellations avaient des formes étranges qui m’empêchaient d’utiliser mon sextant. Je m’en remis alors aux vents et attendis fébrilement le matin. Visiblement, le ciel mystérieux ne suffisait pas à mon affaire. Autour de moi l’océan se mit à faire des bruits inhabituels. Et plus cela allait, plus la rumeur s’amplifiait. Elle s’accompagnait d’une inexplicable mais inexorable montée de chaleur. Tendant la main pour attraper le gouvernail et essayer de redresser une situation pas très glorieuse, quelque chose me brûla. Le gouvernail semblait jouer dans le vide. Rapidement je compris que les armatures métalliques fondaient. Il va sans dire que je fus pris d’une panique incommensurable. Tout se bousculait dans ma tête. Je décidai de faire un radeau avec les planches du bateau et la ficelle. Le bois et la ficelle, ça ne fond pas normalement.

Je fis cela non aidé par l’obscurité revenue. Et mis à l’eau mon radeau d’infortune comme les premières lueurs du jour rougissaient l’horizon. Là, stupeur, je découvris que tout autour de moi, à perte de vue, que les bruits bourdonnants, que la chaleur qui faisaient fondre le métal, que les remous continus qui m’agitaient depuis de longues heures, que tout cela était ce que redoutaient les explorateurs de la Renaissance : L’OCÉAN QUI BOUT.

Publicités

~ par landryjutier sur mai 7, 2010.

Une Réponse to “L’étrange voyage de Lord Kingsby – Vase communicant

  1. mémorable, devrait se répandre de port en port, de bar en bar, avec boisson pour apaiser et susciter

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :